Vous voulez un secret ? Mon chat s'appelle Bob, en référence à Bob Morane. Eh ouais !

Avez-vous un secret ? Oui, vous avez un secret. Vous en avez même plusieurs, et peut-être même beaucoup. Mais des secrets, il y en a plusieurs genres. Il y a les secrets sans intérêts, qu’on garde car il ne sert à rien de les dire. Il y a ceux qu’on garde car ils nous font honte. Etrange espèce que celle-ci. Nous en avons tous, de ces secrets qu’on ne révèle pas. On ne les révèle pas parce que bien malgré nous, nous construisons nos relations autour d’un mythe. Nous ne nous révélons jamais entièrement, nous ne laissons percevoir, sauf inadvertance, que ce que nous voulons qu’on perçoive de nous. Nous ne le savons pas, mais nous sommes tous des as de la comm’. A l’image de ces stars qui se mettent en scène perpétuellement, nous faisons de même. Nos parents, nos frères et nos sœurs, nos amis les plus proches, et parfois même notre âme sœur ne savent pas tout de ce que nous sommes, tout de ce qu’on fait, tout de ce qu’on pense. Et pourtant, nous le sommes, nous le faisons et nous le pensons. Un mythe, vous dis-je. Nous sommes tous des conteurs, nous sommes tous des faussaires sous de faux airs sincères.

Enfin, il y a un dernier type de secret. Le secret qu’on partage. Cette bribe de nous-même que nous concédons, jamais par hasard, jamais sans raison. Tantôt le secret est partagé afin de montrer la confiance qu’on éprouve à l’égard de celui qui aura l’honneur de le recevoir. Tantôt, et cela particulièrement au sein des couples, il permet d’entretenir la flamme. Car l’amour n’est plus lorsque tout est su. Il faut donc, pour préserver ce dernier, laisser échapper de façon régulière des petits bouts d’inconnu, d’inattendu.

Le secret, finalement, est peut-être un élément crucial de nos existences. Mais chut, il ne faut pas le répéter.